web 2.0

Programme

Le programme de conservation en métapopulation du propithèque couronné a été initié en 2011 par le Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP), et réalisé en partenariat avec le Programme Européen d’Elevage (EEP) de l’espèce en captivité et The Aspinall Foundation à Madagacar. Il vise à protéger et gérer globalement les populations isolées de propithèques couronnés découvertes récemment dans des fragments de forêts dégradés au centre de Madagascar.

En effet, alors que l’aire de répartition du propithèque couronné semblait restreinte au nord-ouest de Madagascar (région de Mahajanga), la découverte d’un groupe de propithèques à Dabolava (région de Menabe, centre ouest de Madagascar, à 450 km au sud de Mahajanga) et d’autres petites populations avoisinantes confirme que sa distribution était autrefois beaucoup plus large.

Afin d’assurer la pérennité de ces populations isolées et très menacées par la dégradation de leur habitat, il a été décidé de mettre en place une gestion en « métapopulation » de manière à reconnecter les populations entre elles, seule option permettant à moyen terme de garantir leur survie.

Qu’est-ce qu’une métapopulation ? Une métapopulation est constituée par l’ensemble des  populations d’une même espèce réparties dans l’espace et entre lesquelles il existe des échanges plus ou moins réguliers et importants d’individus. La permanence d’une métapopulation dépend donc des connexions entre ses populations. C’est pourquoi la perte de populations isolées de propithèques couronnés constituerait une atteinte irréversible à la population globale de l’espèce, aujourd’hui essentiellement concentrée dans le Nord-Ouest de l’île.

L’originalité du programme consiste également à inclure la population captive actuellement présente dans les parcs zoologiques européens. Il est essentiel d’assurer sa viabilité à long terme à la fois parce qu’elle représente une population « réserve » pour de possibles futures réintroductions mais aussi car elle sert de modèle pour la gestion des populations sauvages.

L’objectif du programme est double :

  • conserver les populations récemment découvertes et leur habitat en créant de nouvelles aires protégées à gestion communautaire et connecter les populations les plus isolées en échangeant les individus entre les sites ;
  • recueillir les individus vivant dans des fragments de forêt non viables et organiser leur déplacement vers des sites protégés pouvant héberger durablement les animaux.

C’est aussi un programme multidisciplinaire regroupant :

  • un volet axé sur la recherche (étude éco-éthologique de l’espèce et de la structure de l’habitat, gestion des populations, suivi des animaux…)
  • un volet éducatif (programme d’éducation à l’environnement dans les écoles, sensibilisation des communautés)

 

  • un volet social (restauration forestière, mise en place de comités locaux de gestion, formation au suivi et à la protection des animaux et de leur habitat, création de sources alternatives  de revenus et de modes d’exploitation des ressources durables…).

Cette initiative, unique à Madagascar, devrait permettre de modéliser un mécanisme de conservation applicable par la suite à d’autres espèces menacées dans les fragments de forêts isolés de Madagascar.

 

The metapopulation conservation program of Propithecus coronatus was initiated in 2011 by the « Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar » (GERP) and implemented in partnership with the European Breeding Program (EEP) of the species in captivity and The Aspinall Foundation in Madagascar. It aims to globally protect and manage isolated populations of crowned sifakas that were recently discovered in degraded forest fragments of central Madagascar.

The geographical range of the crowned sifaka was known to be restricted to north-western Madagascar (Mahajanga region). However, the recent discovery of a group of crowned sifakas in Dabolava (Menabe region, west-central Madagascar, 450 km south of Mahajanga) confirms that the former distribution of the species was much larger than today.

In order to ensure the sustainability of these isolated populations, highly threatened by habitat loss and degradation, it was decided to implement a metapopulation management to reconnect the populations, which appears to be the only option to ensure their middle-term survival.

What is a metapopulation? A metapopulation gathers all the spatially separated populations of a same species and between which there are regular and important exchanges of individuals. Yet the permanence of a metapopulation depends on the connections between its populations. This is why the loss of isolated population of crowned sifakas would be an irreversible damage to the global population now mainly concentrated in north-western Madagascar.

The originality of the program also lies in the fact that it includes the captive population currently kept in European zoos. It is essential to ensure the long-term viability of this population, not only because it represents a pool for possible reintroductions but also because it serves as a model for managing wild populations.

The program has two main objectives:

  • conserve the newly discovered populations and their habitat by creating new community-based protected areas and connect the most isolated populations by exchanging individuals between sites;
  • rescue individuals living in non-viable forest fragments and organize their transfer to protected sites where protection is implemented.

This a multidisciplinary program including:

  • a research component (eco-ethological study of the species, study of habitat structure, population management, animals monitoring…);

 

  • an educational component (environmental education programs in schools, raising awareness among local communities…);
  • a social component (forest restoration, creation of local management committees, capacity building for monitoring and protecting the animals and their habitat, creation of alternative income sources…).

This initiative, unique in Madagascar, should allow helping to develop a model applicable to other endangered species living in isolated forest fragments of Madagascar.